Expliquer simplement Plus de détails disponibles

Ma source à propos de Plus de détails disponibles

L’expression « expansion pérenne », omniprésente dans les médias et la politique, semble tenue du fait que évidente alors qu’elle porte 2 reconnaissance discordants impossibles à adopter sans stagner à l’une des deux. Ce paradoxes n’est que la finition de l’acceptation aveugle d’un postula inexact plus ancien qu’Aristote avait déjà dénoncé parce que l’obtention la plus antinomique à la nature : « l’argent ne fait pas de petits ». En effet, s’il est facilement possible pour une population humaine d’évoluer vers une parité, cela ne l’est pas pour une économie fondée sur le prêt à intérêt pour laquelle croissance continue et génération d’inégalités sont des forces structurelles. Le présent article dénonce cette mirage du « communément plus » comme unique écart possible et identifie ce qui dans notre économie fonctionne déjà sans écaillage et qu’il convient de promener en fonction d’une transition vers l’économie pérenne.C’est la capacité de notre société à assurer le jouissance de tous ses habitants. Ce bien-être se traduit par la possibilité pour la plupart d’entre nous, d’accéder, quel que soit son autonomie financière, aux besoins importants : alimentation, habitation, santé, accès semblable au travail, sûreté, enseignement, perpendiculaires de la personne, culture et propriété, etc. Parmi les indispensables enjeux sociaux, les interrogations suivantes ont été identifiées : Lutter contre l’exclusion et les ségrégation, c-à-d respecter et protéger les personnes les plus réduites ( en situation de handicap, avancées, minoritaires… ), rendre l’entrée aux droits sociaux pour tous :Il est de temps à autre il est compliqué de savoir que faire de ses déchets, même avec la meilleure motivation du monde. Est-ce dégradable, de ce fait compostable ? Est-ce recyclable ? si oui, doit-on le mettre avec le plastique, en quitus ou ailleurs ? Est-ce drogues ? Le réflexe est de se tourner vers les placards pour repérer des charge, mais on tombe alors dans une lande de logos et de symboles au sens de temps à autre trompeur.Comme pour tout processus parasite, la vie d’usure témoigne d’un côté saine de l’économie qu’il convient de véhiculer. La solution n’est la génération qui, dans la mesure où les guerres, ne fait qu’entretenir l’usure en régénérant le développement par la destruction ou l’obsolescence. On ne lutte donc pas contre l’usure mais on s’en libère en reposant sur le « déjà là » qui marchera sans. Ceci nécessite une organisation qui s’oppose aux espérances par méprise progressistes de dérèglementation ressassés par les médias. Maurice Allais, Nobel d’économie l’exprime ainsi : « Il est érigé en cortège que le principe commode et brut des marchés convergé forcément à une situation optimale pour tous les pays et tous les groupuscules sociaux ! Ce spéculation serait évident et ne nécessiterait aucune attestation ! Ce conclusion est invité par un tam-tam intense de la pensée organisé par des médias à la solde de utilisés groupes de pression internationaux, suivis par le reste des médias et hommes vues, qui emboîtent le pas sans se poser de soucis, et même se pronent d’être des ‘ libéraux ‘, notable ainsi le libéralisme et le laissez-fairisme.Des universitaires comme paul Friot ainsi que les chercheurs affiliés à l’Institut Européen du Salariat ont décrit le rôle affranchisseur du force de investissement par répartition, de ce fait sans intérêts, des retraites et de la forme. Rapporté aux 2004 grandeur de notre création annale ( PIB ) cela représente 550 mds, contre 650 pour les revenus et 700 pour les investisseurs qui gardent 300 mds d’intérêts pour n’en réinvestir que 400[9]. Etendre le dispositif de perception à l’investissement serait non seulement possible, mais libérerait une fraction importante de l’économie de l’usure. L’entreprise activée de le trader pourrait stationner un but autre que la production maximale d’intérêts comme par exemple la durabilité ou recours des services rendus. De plus, 300 mds supplémentaires qui correspondent aux du passé intérêts des investisseurs pourraient être disponibles pour ces buts.et s’il est normal qu’un médecin soigne d’après la médecine et non par rapports aux intérêts d’un personne qui loue, de quelle sorte se mettre d’accord sur le fait que le travail plusieurs recherches, agronomes, économistes, etc., puisse être prescrit non pas par des lois de technique mais par l’exigence de postes leur implorant la mise en œuvre d’obsolescence programmée, de destructions naturels, techniques aliénants… La vice va jusqu’à demander aux personnels de justifier de telles pratiques pour avoir droit de travailler. Aussi est-il à présent crucial de redonner un sens moral au travail en le émancipant du menace à l’emploi à la disposition de l’intérêt. Le travail est en fait la part d’activité à laquelle nous avons supposé une valeur utile. Deux institutions dissemblables définissent cette valeur.